Accueil    Adour & Affluents    Villes & Villages     Faune & Flore     Navigation & Pêche      Contact
Accueil > Actualité > Foyer Escale Adour
Actualité
Qui sommes nous ?
Le Conseil d'Administration
Fonctionnement
Éditorial Sel de l'Adour Août 2007
Éditorial Sel de l'Adour Janv 2007
De l'Océan à l'Adour
La plaine d'Ansot
Le Foyer Escale Adour
L'Adour Habité
Adour 2005, Adour 2006, Adour 200.. ?
Bilan cigognes

 

 

Foyer Escale Adour

Pour tous les marins du monde
Beaucoup d’entre nous connaissent l’Adour Maritime et ses rives, parce que c’est souvent le lieu de notre vie quotidienne, le décor de nos sorties dominicales, ou même l’endroit de nos origines.

On connaît un peu moins la partie aval du fleuve, zone industrielle et commerciale peu attrayante à cause des nombreuses industries qui l’occupent (fabrication d’acier, de produits chimiques, de ciment, stockages de carburants, soufre, oléagineux, maïs, bois, grumes exotiques…). et un trafic portuaire important - (4 millions de tonnes annuels) qui fait de l’ensemble Bayonne Boucau Tarnos le 5ème port de France.

Qui dit port, dit marins ... du monde entier !
D’où, depuis 1997, la création d’un foyer du Marin “ESCALE ADOUR” - (Seamen’s Club), pour accueillir ces marins, en escale dans le port pour quelques heures. Il est situé sur la rive droite : 64, chemin, Saint-Bernard à Bayonne et tenu par des bénévoles (16 à 18) dont la présence se fait par roulement, avec un permanent, Jacques.

Grâce à un minibus, les marins sont récupérés vers 18h00 sur les quais où sont amarrés les cargos, et amenés au foyer pour quelques heures de détente dans la soirée (télévision, billard, lecture, discussions amicales…). Ils peuvent téléphoner (cartes internationales) à leurs familles, effectuer le change de devises
(dollars, euros), et faire l’achat de boissons (bières, sodas), de friandises (biscuits, chips, chocolat) de produits de toilette et même de vêtements et chaussures.

Ambiance sympathique en général et même musicale quand un marin joue de la guitare ou de l’orgue électrique. 

La langue la plus utilisée par tous est l’anglais, mais on baragouine aussi en espagnol, français, gestes à l’appui, toujours dans la bonne humeur. Les marins sont aussi parfois menés jusqu’aux grandes surfaces des environs, pour des achats-souvenirs destinés aux familles lointaines.

Tous les marins qui passent au foyer laissent une “trace” sur le livre de correspondance où ils notent leur nom et celui du bateau, leur nationalité et des remarques amicales souvent curieuses et intéressantes. La lecture du document permet un voyage à travers le monde puisqu’on y relève 83 nationalités, ces hôtes passagers venant d’Antigua, Algérie, Bengladesh, Chine, Corée, Danemark, Estonie, Écosse, Grèce, Ghana, Honduras, Irlande, Italie, Liban, Lettonie, Maldives, Monténégro, Norvège, Nigéria, Ouzbekistan, Océanie, Pérou, Portugal, Russie, Roumanie, Suède, Skri Lanka, Togo, Tanzanie, Ukraine, Uruguay,
Vénézuela… pour ne citer que ces pays.

Dans sa mission d’accueil, le foyer Escale-Adour est amené à régler, ou tenter de régler quelquefois, des problèmes engendrés par le non respect de la législation touchant à la vie à bord des bateaux (sous-salaires, temps de travail, manque d’hygiène, mauvaise nourriture…).

Exemple : Trois jeunes ukrainiens et polonais ont un jour présenté un bulletin de doléances (manquements au respect de la législation) pour le transmettre aux responsables syndicaux maritimes.
Les permanents du moment ont aussitôt alerté le représentant syndical ITF du Havre qui est venu spécialement pour s’entretenir avec le Capitaine incriminé.

Qui n’a pas beaucoup apprécié, soutenu par l’armateur du bateau. Ce dernier a été contraint de payer les salaires dus, et de rapatrier par avion les 13 hommes de l’équipage. Et comme les opérations traînaient en longueur, le navire a été saisi, un deuxième équipage est arrivé de Roumanie mais est reparti parce qu’insatisfait.

Un troisième équipage espagnol est enfin monté à bord. Conflit réglé mais une note salée pour l’armateur (pavillon de complaisance bien entendu), qui a dû se plier aux exigences internationales. Satisfaction au foyer Escale-Adour, où de chaleureux remerciements sont arrivés de la part de l’équipage en détresse.

Rappelons que la création de ce foyer s’est faite grâce à un partenariat entre la CCIPB de Bayonne, le Conseil Général, les villes d’Anglet, Boucau Bayonne, L’Évêché, la Caisse d’Épargne, avec la participation de Tarnos, des Anciens Marins de la Côte, des Armateurs concessionnaires et Sociétés Portuaires.

Leurs aides financières permettent un budget équilibré pour un fonctionnement le plus régulier et efficace possible.

Il est envisagé un déplacement du lieu d’accueil pour une meilleure proximité avec les navires en escale. En attendant le foyer réserve toujours le meilleur accueil à ceux qui veulent y venir, pour une visite curieuse et enrichissante.

Barthélèmy et Gérard de VAM y ont déjà conduit, de nombreux enfants des écoles du Bas Adour qui en savent un peu plus maintenant sur la vie, les joies et les difficultés, des marins du monde.

Le Sel de l'Adour numéro 25 - Janvier 2007 - Lou PIERRE


Val d'Adour Maritime Maison Chipienne RD 261 - 64240 URT (France)
(Association loi 1901) Tél et Fax 33 (0) 5 59 56 27 05

   © Copyright 2002-2007 Crédits

Haut page